Obili : « obligatoire »

lire l’article en français
Ecouter l’audio 

 

Dzwé yǎ ábúg óngólā bá lóe Obili dá sɔ́ ébúg fulansí é nə́ “Obligatoire” ( á ngul). Dzǎm bɔ á ḿbú ákúda mbɔ́g miǹtəd ebǔl məwóm mə́lɛ́ ai mínyii (1934)  é ngɔ ndzáman bə́ ngá bɔ nâ Mvɔ́g Atəmə́ngə, Ndɔŋ ai Emvəŋ bə́ kódó á ngul, “ óbili ” á mə́sí mə́ ngá bə́ é mábán é vóm yǎ é ndá mə̄mvédé má tɔ́bɔban e tə́lə́ ai dzǎl bəzimbi á mbág á Ngɔg e kələ́. Éyī hḿ ǹkunda bǒd te ósə ó ngá kə lóŋ mvɔ́g ábúg tísɔn Ongóla bá lóe Obili nálā. Ású yī nâ bá kə wé bə́ kələ a nə́ bá dzó á ǹkɔ́bɔ̄ fulansí “ Obligatoirement “ yǎ  nə́ “ óbili “ á nkɔ́bɔ̄ éwondo. Dzwé tē á nə hḿ bǒd yǎ wé tsíga.

 

L’origine du nom donné au quartier Obili de Yaoundé

D’après Jean Baptiste Obama, l’explication du toponyme « Obili » ne fait l’ombre d’aucun doute dans la mesure où, tous les témoignages sont concordants. « Obili » vient de la déformation du terme français « Obligatoire ». C’est un nom né d’un événement bien connu du temps colonial. Selon ses informateurs, c’est vers 1934 que les Mvog Atemengue, les Ndong et les Enveng ont été expropriés de leurs terres et déplacés « Obligatoirement » de leur village, basé sur la zone actuellement occupée par l’assemblée nationale et le camp militaire. Ceci pour satisfaire les intérêts coloniaux. Les populations précitées furent parquées au quartier actuel portant l’étiquette « Obili ». Pour s’y rendre, ils disaient qu’ils se déplacent « Obligatoirement » en Ewondo « Obili », d’où ce nom qu’ils ont gardé en souvenir.

Restez avec nous sur Dzaleu.com pour encore plus de découvertes! 

LAISSER UNE REPONSE

taper votre commentaire s'il vous plait
entrez votre nom ici s'il vous plait